Quel est votre problème ?

Encore plus de radars en 2013.


En 2013, 200 nouveaux radars sur les routes de France.
Décembre 2012, Manuel Valls, ministre de l'Intérieur, dans une conférence de presse a fixé le cap : "nous devons être en dessous du seuil des 2 000 tués à la fin de cette décennie". Un objectif lointain, puisque cette année, le nombre des victimes de la route devrait atteindre un peu moins de 4 000.
Et comme d’habitude, afin de réussir le pari des 2 000 tués d'ici 2020, Manuel Valls insiste sur "la sanction [qui] doit demeurer centrale". Non seulement contre les automobilistes alcoolisés ou ayant consommé de la drogue, mais également contre ceux roulant trop vite.

Implantation de 200 nouveaux radars
Pour mener à bien ce projet, en 2013, environ 200 nouveaux radars devraient être mis en place. Ces nouvelles implantations portent le nombre de radars fixes à 4 250. Nicolas Sarkozy, en 2007, désirait que le parc français en compte 4 500 à la fin 2012, à raison de 500 nouveaux chaque année, le but est quasiment atteint ...

Implanter mais aussi moderniser donc remplacer :
Le délégué interministériel à la Sécurité routière, Frédéric Péchenard, a aussi expliqué que le problème était maintenant l'état des plus vieilles machines : "sur les radars [...], la priorité est de moderniser".
Il a ainsi ajouté "[qu']on va les remplacer au fur et à mesure, les déplacer parfois [...] Il y aura de plus en plus de radars discriminants", (70 nouveaux en 2013 pour un total de 225) qui permettent "de différencier les véhicules légers et les poids lourds. "On va aller de plus en plus vers des radars-tronçons", (50 nouveaux en 2013 pour un total de 105) "permettant de sécuriser des tronçons. Et puis, bien sûr, courant janvier, début février, nous verrons apparaître les premières générations de radars mobiles embarqués".

Les radars embarqués, quel chantier !
Des nouveaux radars chantiers
 : ces nouveaux radars, au nombre de 85 fin 2013, sont capables de contrôler la vitesse d'un véhicule en étant embarqué dans le flot des voitures. Ils ont cependant pris du retard dans leur apparition sur les routes françaises, en raison de la difficulté à les homologuer. Mais ils arriveront sans nul doute en 2013.
On devrait également voir pousser près des chantiers 22 radars déplaçables, afin de protéger temporairement une zone de travaux, ou encore 20 nouveaux radars de passages à niveau, portant le total de ces radars à 62 à la fin de l'année 2013.

Et ça rapporte combien ?
400 millions d'euros d'amende liées au radars en 2013. 
Tous ces nouveaux radars viendront donc compléter le parc de radars français comportant déjà 2 165 cabines fixes, 866 radars embarqués dans des véhicules banalisés et 700 radars aux feux rouges. Certains d'entre eux devront être modernisés, et ce coût ne sera pas négligeable ! On estime même que cette modernisation coûtera plus cher que l'installation de nouveaux radars... En 2012, le budget affecté aux radars s'élevait à 176 millions d'euros, il sera de 211 millions en 2013 (+ 20%).
Mais ils devraient rapporter plus dès 2013 ! Ainsi, si 352 millions ont été récupérés en 2012 grâce aux amendes liées aux radars, le gouvernement espère en tirer 400 millions en 2013. La somme récoltée pour l'ensemble des infractions routières passerait donc de 1,398 milliard d'euros cette année à 1,417 milliard d'euros en 2013.

Les informations recueillies font l’objet d’un traitement informatique destiné à répondre à votre demande, par le responsable de traitement du cabinet de Maître IOSCA. Elles seront conservées pendant 3 ans à compter de leur collecte par le service informatique du cabinet de Mr Iosca ou du dernier contact émanant de votre part.

Conformément à la Loi Informatique et Libertés du 6 janvier 1978 modifiée, et du Règlement Général sur la protection des données personnelles du 27 avril 2016, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, de suppression, de limitation, de portabilité (lorsqu’il s’applique) et d’opposition aux informations qui vous concernent. Vous pouvez exercer ces droits en vous adressant au cabinet de Maître IOSCA, 40 Boulevard Malesherbes – 75008 Paris. Vous disposez également du droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL.