Quel est votre problème ?

Suspension administrative et droit de conduire


En matière d’importantes infractions au Code de la route (alcoolémie, grand excès de vitesse), le Préfet dispose d’un délai de 72 heures pour suspendre administrativement le permis de conduire du contrevenant, prenant ainsi une mesure ( soit disant ) de sûreté.

Indépendamment de toute décision de justice future, le permis de conduire du conducteur sera suspendu et celui-ci ne retrouvera sa validité qu’à l’issue de la période de suspension.

Toutefois, il ne faut pas perdre de vue que le Préfet ne dispose QUE de 72 heures. Passé ce délai et en absence d’arrêté pris par le représentant de l’État, le conducteur recouvre le DROIT de conduire en attendant sa convocation devant le Tribunal. Mais ça personne ne vous le dira ... sauf votre serviteur et avocat préféré !

Les informations recueillies font l’objet d’un traitement informatique destiné à répondre à votre demande, par le responsable de traitement du cabinet de Maître IOSCA. Elles seront conservées pendant 3 ans à compter de leur collecte par le service informatique du cabinet de Mr Iosca ou du dernier contact émanant de votre part.

Conformément à la Loi Informatique et Libertés du 6 janvier 1978 modifiée, et du Règlement Général sur la protection des données personnelles du 27 avril 2016, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, de suppression, de limitation, de portabilité (lorsqu’il s’applique) et d’opposition aux informations qui vous concernent. Vous pouvez exercer ces droits en vous adressant au cabinet de Maître IOSCA, 40 Boulevard Malesherbes – 75008 Paris. Vous disposez également du droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL.