Quel est votre problème ?

Vitesse : avouez ou dénoncez, l’alternative immorale


Le véhicule est flashé à 170 km/h sur autoroute… M. X l’apprend en recevant la contravention, consigne, et demande le cliché délateur.

Ce dernier ne laisse apparaître que la plaque d’immatriculation, renvoyant à la carte grise et elle-même indique le nom du propriétaire.

Alors que l’Article L 121-3 du Code de la route s’applique en l’espèce : amende civile, relaxe pénale et pas de retrait de point, à l’audience du Tribunal de Police, le Président en cœur avec le Procureur de la République le pressent d’avouer son crime ou de dénoncer son prochain… Épouse, fils ou autre belle sœur.

Comment imaginer qu’un automobiliste soit pressé de «balancer», comme un indic, le nom d’un proche pour éviter une contravention sous le prétexte maintes fois entendu en audience dans la bouche de certains magistrats : « on sait à qui on prête sa voiture » ….

Outres le problème moral que nous venons d’évoquer, la dénonciation n’existe qu’en matière criminelle et délictuelle, le code de la route en étant exclu ! :

1) Celui qui, ayant connaissance de sévices infligés à un mineur de quinze ans n’en aurait pas averti les autorités ;

2) Quiconque s’abstenait volontairement de porter à une personne en péril l’assistance qu’il pouvait lui prêter, soit par son action personnelle, soit en provoquant un secours.

3) Quiconque enfin, qui, connaissant la preuve de l’innocence d’une personne incarcérée, s’abstenait volontairement d’en porter aussitôt témoignage aux autorités, entre autres.

En dehors de ces cas particuliers pas de dénonciation. Alors de grâce à ceux qui veulent voir « jaillir » la vérité … il est inutile de « torturer » un pauvre hère croyant présider une Cour d’Assise alors qu’il ne s’agit que d’une simple contravention.

Les informations recueillies font l’objet d’un traitement informatique destiné à répondre à votre demande, par le responsable de traitement du cabinet de Maître IOSCA. Elles seront conservées pendant 3 ans à compter de leur collecte par le service informatique du cabinet de Mr Iosca ou du dernier contact émanant de votre part.

Conformément à la Loi Informatique et Libertés du 6 janvier 1978 modifiée, et du Règlement Général sur la protection des données personnelles du 27 avril 2016, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, de suppression, de limitation, de portabilité (lorsqu’il s’applique) et d’opposition aux informations qui vous concernent. Vous pouvez exercer ces droits en vous adressant au cabinet de Maître IOSCA, 40 Boulevard Malesherbes – 75008 Paris. Vous disposez également du droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL.