posez-moi directement votre question :06 07 08 09 11 | 01 44 39 93 90





Please leave this field empty.

Agen : flashés à 244 km/h, deux conducteurs relaxés

Le tribunal de police d’Agen (Lot-et-Garonne) a relaxé jeudi deux conducteurs, flashés à 244 km/h lors d’une course-poursuite, la juridiction retenant la nullité des procès-verbaux plaidée par la défense.

Les faits remontent au 27 octobre dernier, à hauteur de Layrac (Lot-et-Garonne), sur l’autoroute A62, dans le sens Bordeaux-Toulouse. Les deux conducteurs, deux hommes âgés de 26 et 46 ans, qui ne se connaissaient pas, avaient été flashés à 244 km/h au volant de deux puissants bolides — une Golf et une Ferrari — en train de se doubler lors d’une course-poursuite.

Interceptés un peu plus tard, les deux chauffards s’étaient vu infliger un retrait de permis immédiat et avaient été convoqués devant la justice.

La nullité des procès verbaux

Lors de l’audience devant le tribunal de police d’Agen, le 20 février dernier, les avocats des deux hommes avaient plaidé la nullité des procès-verbaux, évoquant des ratures ou encore l’absence d’homologation de l’appareil qui avait mesuré la vitesse, un système de contrôle léger de type «jumelles».

Les avocats avaient également mis en doute la possibilité qu’un gendarme puisse flasher deux véhicules en même temps, dans la mesure où l’appareil devait être remis à zéro après un premier enregistrement et que, dans ce cas, il était difficile de déterminer lequel des deux conducteurs roulait vraiment à 244 km/h.

«La justice est de plus en plus impitoyable vis à vis des erreurs des gendarmes et des policiers. Les magistrats ont eu à cœur de sanctionner ces fautes, cette décision est donc parfaitement logique», se félicite Me Jean-Baptiste Iosca, l’avocat d’un des deux prévenus.

Enfin, les défenseurs, faisant cause commune, reconnaissaient certes une vitesse excessive de leurs clients, mais pas les 244 km/h records qui leur ont été reprochés.

Jeudi, la justice a également ordonné la levée de l’immobilisation des véhicules placés en fourrière depuis la date des infractions et pour lesquels le ministère public avait requis la saisie.

LeParisien.fr
le 19/06/2014

© Cabinet d’Avocat IOSCA | Mention légales