posez-moi directement votre question :06 07 08 09 11 | 01 44 39 93 90





Please leave this field empty.

Le recordman des excès de vitesse s’en sort encore

Il passe entre les gouttes, se joue des décisions de justice et se permet même de faire appel en espérant être blanchi pour obtenir des dommages et intérêts. Yossef, entrepreneur de 28 ans vivant à Brunoy, a été condamné à 400 € d’amende hier matin par le tribunal d’Evry (Essonne) pour une conduite sans permis.

Cet automobiliste s’était fait arrêter au volant de son Austin Mini, louée au Luxembourg le 4 mai 2011, quelques mois après avoir été poursuivi pour 484 excès de vitesse entre 2006 et 2009. Ce qui lui avait valu une interdiction de conduire pour six mois.

A l’époque, ce chef d’entreprise se croit à l’abri des PV pour excès de vitesse grâce à son véhicule loué à l’étranger. Mais devant l’accumulation des infractions constatées par le centre des amendes de Rennes (Ille-et-Vilaine), une enquête est diligentée en 2009. Elle montre que le téléphone portable de Yossef a été utilisé à proximité des flashs déclenchés. Il est donc interpellé puis déféré au tribunal.

Lors de ce premier passage devant la justice fin 2010, Me Jean-Baptiste Iosca permet au conducteur de s’en sortir avec seulement six mois de suspension de permis et 2200 € d’amende. Motif ? Sur les 484 faits reprochés au chef d’entreprise, qui a toujours tout nié, 286 sont prescrits car vieux de plus d’un an. Des éléments manquent pour les 198 restants. Le tribunal ne se penche donc que sur 11 excès de vitesse et 4 usages de téléphone au volant où l’on identifie le conducteur sur les clichés pris par les radars. Sauf qu’au volant, on voit un homme aux cheveux longs et sans lunettes. Or, Yossef s’est depuis coupé les cheveux et arbore d’épaisses montures. Néanmoins, il est formellement reconnu par la présidente sur au moins sept photos.

Son avocat entend demander des dommages et intérêts

Malgré la suspension de permis prononcée fin 2010, Yossef continue de rouler. Arrêté à Noisiel (Seine-et-Marne) alors qu’il se rend à son travail, il déclare aux policiers être sûr d’avoir le droit de rouler. « C’est mon avocat qui me l’a dit », lâche-t-il aux agents. Retour à la case tribunal pour l’entrepreneur. Hier, ni Yossef, ni Me Iosca n’étaient présents à l’audience. Le président et le procureur ont débattu de son cas durant cinq minutes. Sans savoir qu’ils avaient affaire au recordman des excès de vitesse. Yossef a été donc été condamné à 400 € d’amende pour conduite sans permis.

Un moindre mal ? Pas du tout selon son avocat. « J’ai fait appel de cette décision immédiatement, relate Me Iosca, retenu en début de matinée et arrivé trop tard pour plaider. Car mon client a récupéré son permis et ses douze points à l’issue d’un précédent jugement. » Pour un vice de procédure, Yossef a été relaxé en appel dans l’affaire des excès de vitesse jugée en 2010. « Nous allons même demander des dommages et intérêts après toutes ces poursuites », déclare Me Iosca.

Le Parisien : Florian Loisy (avec T.R.) | Publié le 27.09.2012

© Cabinet d’Avocat IOSCA | Mention légales