posez-moi directement votre question :06 07 08 09 11 | 01 44 39 93 90





Please leave this field empty.

A Paris, le test a commencé depuis un an

Le nombre d’amendes a-t-il explosé ? Celui des impayés diminue-t-il ? Les automobilistes contestent-ils davantage ? Paris est précurseur… mais muet. Alors que les PV électroniques sont testés dans trois arrondissements parisiens Xe , XIe et XVIe depuis l’été 2008, les réponses à ces questions ne sont pas encore connues. Contactée hier, la préfecture de police de Paris explique ne pas « être en mesure de communiquer ces données ». Mais, sur le terrain, l’arrivée des stylos électroniques dans les mains des pervenches ne semble pas avoir bouleversé la situation. « Nous n’avons pas eu de retour négatif concernant l’utilisation de ce nouveau système, explique le syndicat Unsa-Police. Pour les usagers, il est même peut-être plus clair. Il va donc probablement se généraliser dans Paris. » Mais le syndicat émet malgré tout des réserves : « Nous allons rester vigilants. Car ces nouveaux PV sont tellement faciles et rapides à mettre que leur nombre pourrait exploser. Nous allons également veiller à ce que les gens ne soient pas fichés via ces amendes électroniques.» Expert dans le droit routier, l’avocat Jean-Baptiste Iosca n’a pas non plus été témoin d’une véritable révolution dans son cabinet. « Ces PV sont contestés par les automobilistes, mais pas plus que les autres, constate l’intéressé. Et à vue de nez car je ne dispose d’aucun chiffre ! , il ne me semble pas que le nombre de PV électroniques soit très important depuis un an. Mais les erreurs techniques, qui étaient censées diminuer grâce à la simplicité d’utilisation du stylo magique, n’ont pas disparu… »

© Cabinet d’Avocat IOSCA | Mention légales